Le soleil après la pluie

Je suis nerveuse à l’idée de me confier aussi ouvertement sur cette page blanche. Pour plusieurs, je suis une femme de tête solide qui fonce dans ma vie professionnelle à 100 km/heure, une fille active qui a la sourire facile, une super maman impliquée avec sa belle cocotte Charlotte qui a 7 ans, des amies incroyables, des contacts faciles avec les gens, un regard allumé, un corps mince, une enfance heureuse sans drame, peu d’épreuves durant ma vie et de très rares échecs.   On m’admire, on me dit que je suis chanceuse… pourtant en février 2002 ma vie a sombré et j’ai fait une grave dépression qui a changé le cours de ma vie.

Hospitalisation, arrêt de travail durant quelques mois, beaucoup de travail sur mes valeurs et mes croyances. Vous êtes surpris de ces aveux ? Les réseaux sociaux donnent parfois l’illusion que la vie des autres est parfaite. On hésite à partager nos peines, nos coups durs et nos échecs car on ne peut pas troubler les autres ou parce que cela ne se fait pas de demander à l’aide publiquement.

Malgré le fait qu’on entend parler de plus en de santé mentale, de nombreux artistes parlent de leur dépression, de bipolarité, de leur tentative de suicide et de leur médication. Le sujet reste tabou et on m’a même dit en 2002 que ma carrière serait terminée !!! Vous imaginez l’impact que cela peut avoir sur une jeune fille de 27 ans qui se fait dire cela.   Pourtant avec de l’aide, des suivis, la médication et surtout le respect de ces limites lorsqu’on fait une première grosse chute au fond du gouffre, je pense réellement qu’on peut se réaliser professionnellement et personnellement par la suite. En janvier dernier après 12 ans de répit dans ma tête, je sens la tempête gronder. Le peur de la rechute, je panique car je ne veux pas sombrer, ma fille a besoin de moi, je veux rester forte, je consulte rapidement et recommence la médication puis un suivi régulier avec une femme médecin exceptionnelle qui m’avise qu’elle peut me recevoir rapidement car elle conserve au moins 4 places par jour dans son horaire pour des urgences en santé mentale! Une bénédiction quand on sait que souvent notre médecin de famille a un horaire rempli à craquer et nous demande de patienter 3 mois.

Non je ne suis pas invincible, oui j’ai possiblement tout pour être heureuse… Facile à dire quand ton cerveau tremble et que ta sérotonine* semble jouer à cache-cache.   Quand le sommeil se fait rare, l’appétit instable, les larmes coulent à rien et que le moindre stress créé une panique irrationnelle. En parler aide beaucoup mais surtout sentir que des gens nous comprennent. Cela explique mon implication avec la soirée D’Un Chic Fou et mon intérêt pour les gens que je sens plus fragile ou qui se confient à moi sur leur santé mentale.    Voilà, c’est écrit, je ne tremble plus et je ne souhaite aucun jugement de votre part mais sachez que si l’envie vous prend de vous confier à moi, je serai là avec mon cœur sensible, mon sourire et surtout la certitude que le soleil revient toujours après la pluie !

*Pour en savoir plus : http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/678-serotonine-et-depression

 

Véronique Hébert

v23hebert@hotmail.com

vero

 

Jetez un coup d'œil à ces produits :